Le cheminement professionnel de Martin DAMAY l’a conduit à une haute expression dans les domaines de la sculpture.

Parcours

Né en 1963 en Hauts de France, très tôt attiré par le dessin industriel et le dessin d’art et doué dans ces domaines, il commence alors en 1986 sa carrière dans les métiers de la pierre.
C’est comme salarié tailleur de pierre puis sculpteur et artisan qu’il arpente de nombreuses régions de France à l’instar des compagnons qui mettaient leur talent au service des bâtisseurs.
Découvrant différentes pierres, notamment calcaires, des techniques de taille de la pierre, il rencontre d’excellents artisans, des sculpteurs et aussi l’amour du travail.

Formation

A partir de 1989, alors tailleur de pierre dans la restauration des monuments historiques à Marseille, et pendant cette solide formation, Martin DAMAY s’intéresse à la sculpture et suit des cours de cette discipline aux Beaux- arts. Puis dans les années suivantes il suivra des cours de dessin d’art et de sculpture en centres d’art d’Amiens, puis successivement à Mende, Vichy, Blois, Alès.
Suivent en 2002, des cours de dessin d’ art à Montpellier, d’arts plastiques dans le Gard et de peinture à Avignon.

De 1996 à 1998 et de 2003 à 2007 il enseigne la sculpture en associations et donne en plus des cours dans son propre atelier.

1991 : Cette année vient bouleverser ses premiers projets, puisqu’il ressent l’importance de la vie spirituelle sur une vie temporelle et matérielle à laquelle il aspirait à travers la passion pour la sculpture et les arts plastiques.
Cette année est le début d’un long chemin qui lui fait rencontrer de nombreux artistes, créateurs, chrétiens de confession catholique comme protestante.

Ensuite l’art spirituel deviendra alors pour Martin Damay une priorité puisqu’il imprimera un sens chrétien dans ses sujets.
Il est alors artisan tailleur de pierre et sculpteur, en 1999 dans le centre de la France.

L’ atelier, les expositions

Son travail de sculpteur le conduit en 2002 à installer son atelier à Montpellier (et conjointement Argelliers). Les expositions de ses sculptures sont alors nombreuses :

  • en galeries et en expositions indépendantes.
  • en salons d’arts et biennales d’art contemporain.
  • en sa boutique de centre ville de Montpellier (quartier église Sainte Anne) qui accueille de nombreux visiteurs.
 

En 2004 les demandes de sculptures se multiplient dans le Gard, Martin Damay décide alors d’ installer son atelier à Nîmes, ou il réalise nombre de sculptures, de statues et de mobiliers en pierre.

En 2010 des conditions économiques l’invitent à déménager dans la vallée du Rhône ; c’est son choix de s’installer à Villeneuve Lès Avignon, Gard, Languedoc- Roussillon, et ville voisine d’Avignon.

 

Orientation

Martin DAMAY est orienté vers la création contemporaine tout en restant dans le choix de ses thèmes principaux. Dès ses premières sculptures, il a associé « personnes » et « verticalité » dans ses personnages. Ses statues sont debout. Aujourd’hui l’artiste travaille sur trois facettes :
– Sculptures présentées en exposition
– sur ses e- boutiques
– Réalisations sur commande de tout sujet.

 

Consultez le Blog !

Achetez en e-boutique

 

De la matière naît l’oeuvre

« Les nouvelles créations de Martin Damay contiennent toute l’évolution humaine. De plus sa perception de l’être humain dans sa créativité et sa verticalité est arrivée à maturité. De quoi s’inspire t -il ? de la nature, de la vie.
Les rigueurs de la forme (la forme étant le plus important) de la matière, l’émotion dans la pureté, sont autant d’indications morales propres à  s’en échapper. Il rejoint là l’adage philosophique « pas de beauté sans rigueur ».

Pierre, bronze, bétons moulés, sont autant de supports pour exprimer l’harmonie, la force et la beauté. La contemplation des lignes, des courbes sous-jacentes, emporte le regard du spectateur vers sa propre liberté, sa propre transcendance. Elle tente d’amener à la réflexion, nourriture spirituelle.

Des formes et des couleurs, mais aussi des sentiments, qui nous attirent, nous captivent, et nous fascinent, il y a entre l’artiste et son oeuvre quelque chose de l’ordre de la confidence. Ses œuvres suivent sa quête, au rythme de ses propres questions.

Dans les dernières Martin s’est éloigné de la madone classique pour une version plus contemporaine, plus personnelle qui a l’avantage d’en révéler avec plus de force l’essence immatérielle qui la caractérise ». (Exrait d’un texte de critique d’art, 2010)