L’histoire de la Vierge à l’enfant et ses représentations

Dans les arts plastiques, la Vierge, un thème développé en peinture et sculpture.

      – La Statue d’Adelelmus

      – Exemples : statues du XIV ème siècle

      – Une statue de culte isolé ou de mécénat

histoire de la vierge

La Vierge, statues, sculptures images et représentations

__________________________________________________________________________

 

Le sujet de « la Vierge à l’enfant » est développé dès le XI ème siècle en France en narrations diverses tirées des évangiles et des écrits apocryphes.

C’est dans la statuaire et particulièrement l’art catholique que l’histoire de la Vierge est la plus représentative. Parce- que le sujet a été plus largement exprimé majoritairement aux autres confessions chrétiennes :

Histoire de la Vierge à l'enfant, statues, sculptures et représentations
Une Vierge à l’enfant de l’école russe
  • Un art protestant dépourvu de statues ; Le protestantisme s’est défendu de trop grandes représentations d’images et de figurations de la Vierge.
  • Les églises orthodoxes privilégient l’image sous forme d’icônes, et délaissent la représentation « plastique »  de « la Vierge » ou de « la Vierge à l’enfant ».

Des statues « de Marie » en France et en Europe :

Le sujet de Marie se développe dans les disciplines artistiques que sont la peinture et la sculpture.

La statue de la vierge couronne l’univers artistique :

Grâce à ses aspects familiers, humains, parfois mystérieux, esthétiques, et par sa prestance, par sa présence dans les évangiles, « la Vierge Marie », « Marie et enfant », est représentée en statues et suit l’univers artistique plastique.

Dans l’histoire, de nombreuses sculptures de Marie ou statues sont créées.

Des « Vierges à l’enfant » jalonnent l’histoire en France et l’art en Europe :
– Le long des chemins de Saint Jacques de Compostelle, et on a observé une ressemblance dans les styles sur ces chemins… (par exemple les « Vierges noires »)
– sur les routes de pèlerinages
– ou auprès des grandes villes, la statue de Marie est très prisée, et demandée dans les grands édifices religieux ; cathédrales, consacrées à « Notre Dame »…

Plus développée dans l’Europe de l’Ouest la sculpture s’est assimilée le sujet de la Vierge et a contribué à la création à travers ses artistes- sculpteurs, de nombreuses statues dont une grande majorité nous est parvenue.

La France et l’ Europe, de grands foyers de statuaire mariale au Moyen- âge.

Histoire de la Vierge à l'enfant

Histoire de la Vierge à l'enfant

Légendes des images ci-dessus : Vierge à l’enfant, Catacombe de Priscilla ; Vierge assise avec enfant ; III ème siècle. En entête : Vierge à l’enfant, mosaïque byzantine (VI eme siècle ). Vierge à l’enfant, Catacombe de Priscilla, Rome. (III ème siècle).

La Statue d’Adelelmus et la « première Vierge » en France

Histoire de la Vierge à l'enfant

De premières représentations :

Ce dessin de la statue est considéré comme la première trace de la « Vierge à l’enfant » en France :

Ce dessin contient quelques éléments plastiques :

La vierge est représentée voilée, nimbée, et drapée.

La Vierge a les jambes croisées, est assise sur un trône et présente l’enfant Jésus sur ses genoux.
Jésus est d’un âge mur ou plutôt adolescent, au cheveux longs, il porte un nimbe crucifère (nimbe dans lequel est inséré une croix), bénit de sa main droite, et tient une croix de sa main gauche.

 

Le dessin ainsi que l’époque de la statue nous laissent supposer que la statue d’origine était en bois ; en effet ce matériau offre au sculpteur la possibilité de dégager des parties délicates comme mains et doigts (ici probablement exagérés sur le dessin ).

Les nimbes : ont -ils été ajoutés sur le dessin, ou existaient- ils sur la statue ?

Une autre remarque s’impose à notre observation : La Vierge n’a pas la rigidité des statues romanes (voir par exemple les statues d’Auvergne et autres de la même époque). Même si les regards sont fixes, presque lointains, nous trouvons une certaine aisance dans la stature, et les jambes, croisées de Marie sont originales. Le voile de la Vierge est presque flottant et lui donne un air oriental.

La Vierge noire

La Vierge noire reste un mystère. Pour qui s’intéresse à cette particularité, artiste, théoricien, historien d’art…la Vierge noire attire par sa question vierge history statue martin damay sculpteurproposée à l’ensemble du monde.

Plusieurs réponses ont été données, dont une rapide et même scripturaire (!) : il s’agit du verset du cantique des cantiques (Ct 1,5): « Nigra sum, sed formosa… » ( « Je suis noire mais (et pourtant ) belle, filles de Jérusalem »).

Sculpteur je me suis posé la question très récemment par rapport à une statue en bois que je crée, et qui présente des nœuds de couleur sombres, y compris un sur la joue droite du visage.

Voici quelques bases de réponses à la question posée :

– La Vierge noire n’est pas très ancienne.
– La question de la Vierge noire concerne principalement les vierges statue vierge sculpture martin damay artisteromanes (assises) ou baroques (XVII, XVIII ème siècle).

– Des historiens pensent qu’il n’y a pas de Vierge noire d’origine ; le noir s’est fait petit à petit sur des statues à l’origine blanches…
– Le type concerne la Vierge à l’enfant ; la Vierge avec l’enfant.

– L’enfant est noir également, comme Marie.
– Il n’y a pas de contradiction théologique à la Vierge noire, il vaut mieux parler de goût, de mode éventuellement.
– Il est intéressant de se situer dans le contexte ; Statues dans une église romane, sombre. Probablement statues (en bois) entourées de bougies récurrentes.
Une statue sculptée en bois d’ébène peut se trouver être naturellement noire.

Ma découverte :

La question que je me suis posée est d’abord de trouver la couleur du visage de ma statue de Vierge en bois. Celle- ci tachée sur la joue par un nœud de couleur sombre.

Mes statues de Vierges en pierre ne sont pas peintes. Mais une statue en bois (consulter mes Vierges en bois sculpté) accueille plus volontiers la couleur ; le bois crée des variations de couleur en lui- même, des taches, des traits…
La pierre permet des effets plastiques ; polis, parties mates, etc… plus unifiée dans sa teinte que le bois. La plupart du temps le fait qu’elle ne soit pas recouverte la met en valeur. Le bois n’a pas ce même intérêt, et accueille mieux une couche de protection, diverse…

L’aspect plastique : le modelé. Le modelé n’est pas superflu dans une statue, au contraire. Celui- ci, s’ il n’est pas réussi dans les visages peut être atténué par une couche de couleur sombre.


De la Vierge assise à la statue debout, une représentation évolutive

La Vierge assise est traditionnellement appelée « sedes sapientiae » ; « trône de la sagesse ».
Au milieu du XII ème siècle la Vierge se dresse. Elle devient plus familière et humaine ; elle orne les grands portails des cathédrales, et elle est sculptée pour des riches demeures qui contribuent à la commande de statues transportables ou de statuettes en riche matériau comme l’ivoire. Toutefois la statue de la Vierge reste une représentation pour tous les niveaux de l’échelle sociale.

Histoire de la Vierge à l'enfant
La vierge à l’enfant « d’Amiens »

 

Une statue en pointe en « art plastique »

Drapés, compositions, jeu des ombres et des lumières…, les statues à partir du XII ème siècle sont particulièrement évoluées dans leur « plastique ».   

                     

La Vierge à l’enfant au sourire, Cathédrale Notre Dame d’Amiens (copie de l’originale sur le trumeau de la façade Sud)

 

Un site ami :  la cathédrale Notre Dame d’Amiens

 

 

Exemple 2 : une statue du XIV ème siècle

Un exemple remarquable :

Canon élevé, plis du drapé d’un même mouvement, mouvement des mains opposé, et regard frontal, cette statue possède les caractéristiques de la grande statuaire mariale du moyen- âge.

Les statues, sont pourvues de symboles : 
– l’oiseau souvent représenté : un chardonneret par tradition,
– un lys tenu par la Vierge
– ou un fruit, une grenade, symbolisant la passion

 

Histoire de la Vierge à l'enfant
Vierge à l’enfant, période « gothique »

 

Une statue de culte isolé ou de mécénat

Objet de dévotion ou de culte privé, la statue peut aussi devenir objet de mécénat ; de grands donateurs n’hésitent pas à se faire représenter agenouillés au pieds de la Vierge, en tableau comme en statue.

Cette forme de statue isolée est quand à elle le premier signe de l’indépendance de la sculpture par rapport à son cadre d’architecture, et peut être interprétée comme une première trace de l’art moderne.

Des sources scripturaires (écritures) faibles

L’inspiration dans les écritures à trouvé des contradicteurs au culte sous forme de statues de Marie ; La présence scripturaire est minime si l’on se place sous la forme d’indices :

Des indices de représentation sont toutefois présents chez le prophète Isaïe : Is. 66,12 :  « Ils te porteront sur la hanche… » vous serez allaités, portés sur la hanche »… »on vous caressera en vous tenant sur les genoux »…

Et dans le livre des Proverbes des indices de représentation en « trône de la sagesse » : Pr 8,1 / 8,22,…

La Vierge est aussi inséparable de son Fils ( voir les évangiles notamment Jean 2,1, et 19, 25…).
Elle est aussi la « Théotokos », et elle « montre » le Verbe, elle en est inséparable. Inséparable aussi en la Théologie souvent intuitive du peuple chrétien.
La Vierge à l’enfant est plus particulièrement « image matérielle », ou dogme « matérialisé » des évangiles ou du mystère de l’incarnation. Dans le sens qu’elle synthétise la foi des croyants ; elle est image « Œcuménique ».

Notons encore que le Cantique des cantiques (1,5): « je suis noire mais belle, filles de Jérusalem… » a pu inspirer les « Vierges noires »…

Etudions une statue :

Vierge de Saint Blaise, Savoigne (Sénégal)

Histoire de la Vierge à l'enfant

Histoire de la Vierge à l'enfantCette Vierge du Sénégal attire notre attention.

 

La vierge est assise, les mains ouvertes devant elle, pour accueillir et présenter l’enfant.
L’anatomie est simple, la sculpture gagne en intérêt avec sa symétrie parfaite.
Plastiquement le visage est beau, la matière fine utilisée adoucit les traits. Le sculpteur s’est attardé sur les motifs en reliefs et en terre chamottée de la robe et du voile. La couleur ajoute à la plastique sobre, basique en terme de sculpture : plans réduits, symétrie, absence de sculptural : épaules tombantes, absence de plis, absence de sommets vifs. Cette oeuvre marque une certaine nonchalance. Le sujet, noble et digne d’intérêt, rend second la plastique.

L’enfant contient ces mêmes caractéristiques ; droit et raide.
Le tout donne une statuette paisible en expression. Les yeux de la Vierge, baissés, nous introduisent en contemplation.

La symétrie, qui n’est jamais naturelle, est le point fort. Elle efface les erreurs de formes, s’auto- affirme : une épaule n’est pas juste ? l’autre, la même en opposition, viendra l’affirmer !

_______________________________________________________________________________

 

Martin Damay sculpte et peint la Vierge

Il est un continuateur des artistes mariaux à travers de nombreuses études, statues, ainsi qu’en tableaux (peintures).

– Sculpteur

Originaire d’Amiens l’artiste est continuateur des grands sculpteurs compagnons sur les chantiers de cathédrales ou de modestes églises pour une statue de culte ou de dévotion, notamment de statue mariale, comme la statue de la Vierge à l’enfant « au sourire » ( photo ci-dessus) d’Amiens.

Ses statues utilisent les ressources iconographiques de la Vierge
Ses statues sont dessinées selon :

  • drapés d’arcs, de retombées en volutes ou de lignes directrices
  • main pouvant tenir une fleur, un sceptre ou tout autre symbole
  • hanché harmonieux et avenant déjà marqué dans les statues antiques
  • enfant Jésus porté sur le bras ou devant…

Formée très tôt dans l’ univers plastiques des « Hauts de France » comme l’univers spatial de la Cathédrale d’Amiens, la sculpture de Martin DAMAY a mûri à ces contacts. Statue Vierge pierre sculptée sculpture martin damay

Épurées, classiques ou stylisées…Consultez ses statues de Vierges en pierre sculptée 

Faire sculpter une Vierge en bois

 

Continuer vers La Vierge, peintures

La création des œuvres, peintures et surtout statues

Les œuvres, statues, sculptures, peintures, présentées sur ce site sont exclusivement des créations de Martin Damay ( sauf œuvres d’information dans les pages « La Vierge, histoire »…).
Qu’est- ce à dire créations ?

Dans création il faut entendre « original » de l’artiste ; Une statue peut être sculptée sans qu’il y ait originalité, une copie d’œuvre par exemple. Mais Martin Damay met l’accent sur le sens de création, un début de réalisation et une fin. La fin est décidée par l’artiste ; l’œuvre exprime t-elle ce qu’elle doit être ? la commande qui a présidé à l’œuvre est- il réalisé ?…

 

Pour commander une statue, faire réaliser votre oeuvre :