La peinture de la Vierge contient et exprime sa propre richesse plastique.
Toiles et tableaux, dimensions plastiques avec jeu des couleurs, ces peintures de la Vierge trouvent leur force, leur richesse dans un agencement des volumes, de lignes et des rythmes plastiques. Découvrez !

La Vierge, peintures et tableaux

La peinture de la Vierge contient cette forme dématérialisée particulièrement surprenante lorsqu’un sculpteur s’y consacre ! (Car souvent on dit : « il ne fait que des saintes Vierges » !,  » La Vierge ! « ,  » toujours la Vierge !  » )

La peinture n’est pourtant pas objectivement dé- matérialisée, elle garde sa part matérielle, ne serait – ce que dans l’épaisseur de la toile, celle du cadre, de la couleur.

Elle contient une grande part de mystère lorsque l’artiste habitué aux formes pleines, massives et compactes prend en main le pinceau comme outil principal ! 

La Vierge en peinture, la forme jaillit, la silhouette apparaît, la vie rayonne !

Il ne peut alors manquer une grande part de risque, qui se trouve celui- ci dans une fuite en avant ; en effet la sculpture se crée notamment dans une durée ; elle apparaît progressivement, elle est le fruit de patience, d’espérance, de travail physique.

Le geste du peintre apparaît donc extrêmement facile !

Tout dépend d’une pointe de couleur posée là, d’une touche de bleu, de vert …! : non cela n’est pas si facile !
Comme si il suffisait de poser quelques touches de couleurs au bon endroit !…
Il apparaît donc extrêmement profitable pour un sculpteur de pratiquer la peinture. Deux arts plastiques dont la définition essentielle est oubliée de nos jours ; en effet la « plastique » quel mot galvaudé !

Dans la peinture je geste, le mouvement est si facile, si aisé, si léger !
Dans la sculpture, le geste est parfois si infime avec le ciseau, ôte une partie de la matière, sa pierre, cette partie si minime, de l’ordre de quelques centièmes de millimètres.

La Vierge peinte, ou « la Vierge à l’enfant » 

La Vierge à l’enfant, thème surprenant, décrié, objet de tous les détracteurs de la sculpture : « Il ne fait que des Saintes vierges » ! Surprenant de voir ce rapport entre l’art plastique et ce thème. comment celui- ci est décrié comme celui- là !

Pourtant, l’histoire de l’art témoigne de la longévité de ce thème, du suivi quasi- continu et de l’évolution de ce thème au cours des temps, et dans des civilisations non moins civilisées, éduquées, érudites, cultivées !

Pour Martin Damay le sujet Vierge à l’enfant est donc partie prenante de l’art.
« Il ne sculpte que des Saintes vierges » ! « Il ne peint que des saintes Vierges »! Et bien c’est vrai ! je ne peins et je ne sculpte que des Saintes vierges !…
Sauf tous les travaux particuliers sur commande !

Ce grand art !

Cette définition est presque une catégorie. Elle encadre, elle enserre. Si seulement l’acte de créer une oeuvre, peinture ou sculpture, Vierge à l’enfant ou autre sujet, pouvait être détachée de cette définition, et de cette volonté cachée de faire partie d’une catégorie,et classée dans celle- ci !

Non, pour l’artiste la « Vierge à l’enfant » n’est pas un attachement au passé, une sorte de volonté de retour ou d’arrièrisme !

Est contenu dans sa démarche une forte recherche plastique, un geste artistique pur, une sincérité d’expression, un égal aux plus grands qui ont d’ailleurs tous choisi leur thème récurrent :

  • Les fleurs
  • la femme
  • le paysage
  • la mer, le port de pèche
  • l’atelier, etc…

La mode, passante, éphémère, contribue au choix de l’artiste ; quel thème est le moins éphémère ? quel est le plus continu et récurrent dans les arts ? il s’agit bien de la « Vierge à l’enfant ».
Il semble inusable, offrant toujours de nouvelles possibilités plastiques, toujours nouvelles, neuves.

La Vierge, un thème passion.

Un thème récurrent, un thème passion, non dans une sorte d’inconscience, mais plutôt entièrement lié au raisonnable.
Thème pourtant qui n’échappe pas au drame ; drame de l’oeuvre d’art, drame de l’homme, drame de l’environnement, drame ! 

Tableau dessiné de lignes englobantes, circulaires

Comme pour suggérer le drapé, le visible, l’étoffe. Les lignes ou La ligne se signifie, se continue. La couleur en jaillie, elle en vient tout naturellement.
L’artiste en a trouvé un esprit « de jeunesse », une expression d’enfance et d’innocence ; La peinture s’est exprimée, elle l’a voulue ainsi ; l’esprit qui habitait là depuis le premier jet du trait, et même avant, s’est affirmé, et l’artiste lui a laissé la place, acceptant cette apparition.

Les dessins

Les dessins des tableaux de Vierges de l’artiste se retrouvent dans toutes ses œuvres. Elles expriment le trait, linéaire, continu, l’approche frontale.
La statue au contraire exige plusieurs « points de vues ».

Ainsi se continue l’histoire des représentations mariales : Des artistes en perpétuent le dessin, et par leur travail d’innovation créent de nouvelles formes, découvrent.
Ce sont eux aussi des pionniers, des découvreurs, car le thème de la Vierge, sourire de l’Europe n’est jamais éteint !

La Vierge, peinture
La Vierge, peinture

Commander une peinture de Vierge: