La sculpture et la beauté

De toutes mes années de sculpture, il semble que la sculpture rejoint la beauté dans la maitrise sur la matière, et que la laideur vienne, à l’inverse, d’une faiblesse par rapport à cette matière.

La sculpture et la beauté

Qu’est ce que la beauté et comment la définir ? Peut- on vraiment galvauder la beauté ?

La sculpture et la beauté, les fondements

La beauté n’est pas synonyme à limite, et elle est nécessaire à toute avancée et progrès, c’est à dire pour la création et l’invention.
Un drame est associé à l’œuvre dans la limite du sujet.
“Qu’est ce que la beauté en fait ? elle n’existe pas, je n’apprécie rien, je ne trouve rien agréable…” (Picasso).

La sculpture est écoute

Nous croyons que la beauté de la sculpture n’est pas une idée abstraite, réduisante, absente de la vie, mais elle contient des exigences propres du fait de sa matérialité.

statue sculpture martin damay pierre
Esclave de Michel- Ange, 1513-1516.. Nous croyons que la beauté est indépendante de la matière, du sujet.

Les plans construits, les lignes placées, les profils clairs, définissent la sculpture.
L’incarnation possède la même réalité tri- dimensionnelle.
La beauté ne m’échappera pas si dans les premiers instants de mon geste de sculpteur :  
– je la capte
– je l’écoute
– je lui offre le plan qui se sculpte et la ligne à construire.

Dis- moi de grâce ! amour, mes yeux voient ils vraiment la beauté à laquelle j’aspire ? ou bien est- ce que je la porte en moi…? (Michel- Ange)

La sculpture est recherche de beauté

La beauté fait partie de la quête et du résultat de la sculpture et elle a sa part dans la qualité de celle- ci.
Si ma sculpture est belle, elle est réussie. Et si ma sculpture est réussie, c’est qu’elle contient une part de beauté indépendamment du sujet développé.
Je ne la cherche pas en elle même, j’utilise 
– des “médiateurs”
– des techniques
Une œuvre structurée n’est pas laide. La sculpture est construite et structurée.

La sculpture, une beauté figée

Reconnaître à la sculpture son coté figé n’est pas une réduction de celle- ci. Je m’incarne dans une statue qui est vivante, mais alors que le cinéma est basé sur la relation sociale, la statue se manifeste dans une autre forme de socialité.

La sculpture, du concret

Créer une sculpture est en soi une quête définie : création / objet matériel / concret. Création de quelque chose qui n’est pas (ou qui “n’a pas encore été”), en utilisant des choses qui sont.
“Créer signifie aussi “faire advenir à”.
Dans ce “advenir à” il y a quelque- chose qui n’est pas.
Pourtant la beauté existe, elle fait partie des choses qui SONT.

statue vierge pierre sclupture martin damay
Giotto, Vierge à l'enfant (vers 1300). Très souvent ce qui est appelé beauté se soumet à la force du sujet

La force du sujet trouble la notion de beauté

Très souvent ce qui est appelé beauté est soumission à la force du sujet. Le sujet appelle irrésistiblement à être qualifié de “beauté”, mais dépouillé de son thème elle se réduit à peu de chose.

Nous croyons que la beauté d’une sculpture provient d’une orchestration et d’une structure.
Ce travail est exigeant. La matière exige. 

Il faudrait apprendre à dépasser la force du sujet pour apprécier dans un jugement simple la beauté qui en ressort.

Retour haut de page